• Anne-Laure Thomas

Sortir du harcèlement scolaire grâce à la thérapie brève systémique

Mis à jour : 7 nov. 2019

Le harcèlement scolaire fait l’actualité… mais en pratique on fait quoi quand on y est confronté sans réussir à en sortir ?

Ces dernières semaines sont riches en actualités sur le harcèlement scolaire. Si le fait d’en parler et de vouloir l’empêcher est une très bonne chose, quels sont ses impacts ? comment réagir lorsqu’on y est confronté ?

Un article publié dans Nature par le King’s College de Londres, grâce au projet IMAGEN, prouve qu’il y a un lien entre harcèlement à l’adolescence et troubles psychiques à l’âge adulte. Le figaro relate et vulgarise ces résultats (l’article en entier n’est disponible que pour les abonnés).


Le ministère de l’éducation nationale indique qu’au moins 10% des élèves subissent une situation de harcèlement au cours de leur scolarité. Le 3 juin dernier, Jean-Michel Blanquer a annoncé un plan pour faire face au harcèlement. Ce plan instaure notamment un réseau de personnels spécifiquement formés (appelés les référents) qui peuvent conseiller les établissements scolaires afin qu’ils soient moins seuls face à une telle situation.

La youtubeuse et Instagrameuse EnjoyPhoenix témoigne du harcèlement qu’elle a vécu au lycée, Soprano fait la chanson Fragile qui parle d’une jeune fille poussée au suicide à cause de ce qu’elle vit au collège.


Sans aucun doute, ce qui fut longtemps un tabou commence à s’inviter dans le débat, et c’est déjà une bonne chose pour permettre de réagir vite sans laisser s’installer des situations délétères.


Si la sensibilisation des jeunes au travers des icones de leurs âges, si les actions mises en place par les établissements scolaire sont des éléments importants pour réduire ce fléau, comment nous, parents, pouvons accompagner et aider nos enfants lorsqu’ils sont confrontés à une telle situation ?


La thérapie brève peut aider à sortir de cette situation de harcèlement. Il s’agit d’une approche pragmatique, rapide et surtout efficace. A l’inverse de méthodes d’analyse souvent longues et centrées sur les raisons pour lesquelles le patient souffre, la thérapie brève se concentre sur ce qui fait souffrir ici et maintenant. Elle permet alors de trouver en quelques séances une façon nouvelle et sur-mesure de se comporter face au harceleur.

Tout en respectant vos valeurs et l’environnement dans lequel vous évoluez, la thérapie brève permet de redevenir acteur dans cette situation de harcèlement.


Parlons de Lucie, cette jeune fille de 14 ans en classe de 3e. Lucie pratique la danse classique au conservatoire, elle est très fine et élancée. Marie, une très bonne amie de Lucie depuis le primaire, lui dit à chaque occasion qui se présente qu’elle est bête, moche, lente… Pendant tout le primaire, Lucie lui a dit que ce n’était pas vrai, et qu’elle devait arrêter et Marie arrêtait. Mais depuis quelques mois maintenant, Marie n’arrête plus et à la longue ses remarques rendent Lucie triste. En prise avec ses émotions, Lucie commence à travailler de moins en moins et ses notes s’effritent, renforçant son sentiment qu’elle est peut-être « bête » comme l’affirme Marie… Petit à petit, Lucie commence à penser que Marie a probablement un peu raison…

Comment la thérapie brève a pu aider Lucie ? En lui faisant réaliser que sa réponse molle à Marie fait que Marie continue, car Marie n’a aucun avantage à arrêter, puisqu’elle attire l’attention des autres grâce à ses effets sur Lucie. Ainsi, plus Lucie est triste de l’attitude de Marie, plus Marie continue, rendant Lucie encore plus triste, ce qui pousse Marie à continuer.

Concrètement, en respectant ce que Lucie pense de Marie, nous avons construit avec Lucie une réponse sur-mesure, adaptée précisément aux relations affectives entre Lucie et Marie, dont l’objectif était de faire en sorte que Marie ne se sente pas grandie par ses attaques répétées sur Lucie.

Pendant plusieurs semaines, Lucie a attendu que Marie lui dise à nouveau qu’elle est « bête, moche et lente », prête à lui répondre… Finalement, Lucie et Marie sont redevenues amies de manière plus équilibrée. Il est probable, comme c’est souvent le cas avec la thérapie brève, que le changement de posture de Lucie ait suffit à faire comprendre à Marie que le stratagème qu’elle emploie depuis plusieurs semaines pour être populaire au collège ne sera plus efficace avec Lucie.



Cet exemple de comment la thérapie brève peut aider à sortir des situations de souffrance par exemple dans le cas de harcèlement scolaire s’étend assez facilement à la plupart des situations de souffrance pour lesquelles le bon sens, les échanges avec les amis, la famille n’ont pas permis de trouver une façon de sortir d’un cercle vicieux qui nous maintient, voire nous enfonce dans un schéma non adapté.

Cette approche initialement basée sur les travaux de Grégory Bateson et Paul Watzlawick à Palo Alto, s’intéresse à comment une souffrance telle que le harcèlement se maintient, voire se développe. En comprenant le comment, généralement en moins de 10 séances, le patient adopte une posture qui lui permet de voir les choses autrement…. Rapidement… et donc de se libérer du harceleur…



Vous reconnaissez votre enfant, l’un de vos élèves, un neveu, une nièce, un ou une camarade, l’enfant d’un ami ? Tentez la thérapie brève systémique.



 

07 86 82 34 35

5 rue Saint-Denis, 92700 Colombes

©2020 by Anne-Laure Thomas